Au centre social, le bénévolat s’imbrique sous toutes les formes…

Ateliers sociolinguistiques, accompagnement à la scolarité, soutien à la lecture, atelier couture, jardinage, implication sur des évènements ponctuels, gestion de la bibliothèque …autant de missions rendues possibles au centre social grâce à l’implication des bénévoles.

Le bénévolat est un concept récent, qui s’affirme à partir des années 80, prenant appui sur la philanthropie, l’entraide et le militantisme. Il se définit comme « une action libre sans rémunération pour la communauté ». En effet, le travail bénévole doit être distingué du loisir (la personne présumée bénévole peut remplacer un salarié, à la différence, que contrairement à ce dernier, la personne n’est pas rémunérée et n’est donc pas soumise à un contrat de travail).

Pour les ateliers sociolinguistiques, par exemple, ce ne sont pas moins de 13 personnes qui interviennent chaque semaine pour l’équivalent d’une quinzaine d’heures hebdomadaires. L’action ne serait pas possible sans leur engagement.

Mais qu’est-ce qu’être bénévole ? Quel est le portrait type de la personne bénévole ?

Retour rapide sur les caractéristiques du bénévolat, son histoire et son influence aujourd’hui, principalement dans le milieu associatif.

Le bénévolat, une construction récente aux contours multiples et aux actions hétérogènes

Avant toute chose, le bénévolat n’est pas une réalité simple à appréhender, du fait de sa pratique extrêmement hétérogène, de la diversité des acteurs, des visions et des fonctions occupées.   

Il est également le produit de plusieurs mouvements historiques, de la laïcisation du paternalisme du XIXe siècle et des activités de charité basées sur un objectif d’ordre moral et public, ainsi que de la dépolitisation des mouvements d’entraide ouvrière.

Dan Ferrand Bechmann montre « qu’il y a toujours eu deux types de bénévolat : celui d’une classe qui se penche sur une autre et le bénévolat d’un groupe le plus souvent dans des difficultés, et qui travaille pour lui-même et la communauté ».

Enfin, de son rapprochement avec le salariat (le travail organisé, les contreparties qui y sont attachées), on peut l’assimiler au concept anglo-saxon de volontariat. Toutefois ce serait l’amputer d’une valeur essentielle à savoir sa reconnaissance comme apprentissage de la démocratie, vue comme un processus volontaire de mobilisation des individus dans un groupe constitué plus ou moins durable et intervenant dans la sphère publique.

On retiendra que si la rémunération n’est donc pas un vecteur d’engagement, d’autres motivations prennent le dessus.

Pourquoi devient on bénévole ?

Il y autant de motivations à devenir bénévole que de personnes que l’on rencontre. Le bénévolat est une démarche singulière, intime souvent. Fatima et Marie-claude, deux formatrices pour l’apprentissage du français témoignent de leur démarche à rejoindre le centre social et leur désir de s’engager.

Fatima: « Je suis une femme de 40 ans. Je travaille dans le milieu médico-social auprès d’enfants et de jeunes adultes en situation d’handicap. Je me sens épanouis dans mon métier. Mes enfants sont grands, ce qui me permet de donner un peu de mon temps à des personnes qui sont dans le besoin. Je me suis donc inscrite sur le plateforme France Bénévolat qui m’a orienté vers le centre social de la Capelette. 

Marie Claude:  « A la retraite , j’ai désiré garder une activité sociale. De tous les bénévolats possibles celui qui me correspondait le mieux était l’accompagnement des personnes arrivées en France. La compréhension et l’acquisition de la langue française ainsi que les codes de la vie du pays me semblent une étape indispensable à l’intégration souhaitée dans un nouveau pays.

Un centre social dont la vocation est de créer du lien entre les habitants d’un quartier m’a paru être le lieu propice à cet engagement.

Dan Ferrand-Bechmann en 1988  montre l’importance du positionnement par rapport à l’identité au travail « il semble que le bénévolat ne soit qu’une forme dérivée de l’identité au travail, un jeu feutré, un mime peut-être » ; c’est aussi un moyen de se situer par rapport à une échelle de « mérite » ; mais c’est aussi, au départ, le moyen de se distinguer du salariat en réclamant de l’autonomie contre la subordination, et en défendant des valeurs morales et sociales par rapport à la motivation financière.

Qui sont les bénévoles ?

La dernière étude commandée par France Bénévolat, nous apprend que:

– Les formes d’engagement bénévole sont de plus en plus diversifiées : bénévolat régulier, ponctuel, de compétence… mais le bénévolat ponctuel reste en progression notamment pour les moins de 35 ans

– Un bénévolat associatif… pas vraiment pour tous. On remarque que les personnes les plus qualifiées ont tendance à s’engager plus facilement. Moins formées, les personnes expriment la crainte de ne pas avoir les qualités requises.

– Le bénévolat continue sa progression chez les plus jeunes, et sa diminution chez les plus âgés.

– Le nombre de personnes qui ne font pas de bénévolat, mais accepteraient d’en faire ou d’y revenir, reste important

En chiffre, cette année ça donne :

  • Une quinzaine de formateurs pour les ateliers sociolinguistiques
  • Une dizaine de bénévoles pour la gestion de la bibliothèque
  • Une douzaine de bénévoles pour l’accompagnement à la scolarité/soutien à la lecture
  • 1 bénévole pour l’atelier couture et 3 personne pour l’entretien du jardin
  • 12 bénévoles au conseil d’administration
  • 6 bénévoles pour les Estivales de la Capelette
  • Entre 2 et 3 heures d’implication en moyenne par semaine
  • De plus en plus en plus d’étudiants nous ont rejoint cette année.
  • Marcelle est notre doyenne et on ne dira pas son âge.

Le bénévolat au centre social:

Au centre social, nous accueillons et accompagnons (par des formations si besoin) chaque personne désireuse de prendre part au projet social de la structure, et de s’investir en tant que bénévole, sur des activités définies et/ou à définir, pour un engagement ponctuel et/ou régulier.

Etudiants, salariés, retraités, chacun peut y trouver sa place, selon ses envies, ses compétences, ses projets. Pour cela, n’hésitez pas à nous rencontrer !

Merci à Roseline, Marie-Claude, Marcelle, Marilène, Dany, Bernard, Fatima, Lilou, Maïssane, Bouchra, Morgane, Malvina, Cécile, Françoise, France, Marie-Ange, Wafa, Sabah, Monique, Danielle, Jean Pierre, Ibrahim, Margaux, Arif, Maxime, Malia, Anthony, Evelyne, Véronique, Titaïna, Marion, Aziza, Adra, Rabiha, Isabelle, Claudie, Jennifer, Gus, Josette, Marie-Noëlle, Georges, Jeannine, Claude, Maurice ainsi que l’équipe de la bibliothèque.

Contact : Eric et Julie . capelette.vielocale@gmail.com / 07 79 99 52 80

Tags:

La newsletter du Centre Social

Tous les premiers mardis du mois, les actus du Centre Social directement dans votre boîte mail !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !
Nos Partenaires